Food Swap'ers

Rejoignez la communauté !

N'attendez plus, devenez membre du premier réseau de troc culinaire français.

Dans le cadre du développement du site communautaire Food Swap’ers, nous aimerions recueillir votre avis concernant le food swapping. N’ayez pas peur, ce questionnaire ne vous prendra pas plus de 3 minutes !

Nous vous invitons donc à vous rendre sur le lien suivant : Le food swapping ça vous tente ?

Merci pour votre aide précieuse et votre coopération.

Troculinairement.

L’équipe Food Swap’ers.

………………………………………………………………………………………

Pour en savoir plus :

L’idée : Troquer vos plats cuisinés !

Comment : Vous concoctez un plat de lasagne pour votre petite famille ou vous-même, ce soir et bien sûr, il vous reste quelques portions supplémentaires. Eh bien, fini de manger les mêmes restes pendant 3 jours, vous échangez vos bons petits plats avec les autres membres de la communauté.

Pour qui ? : Tous les consommateurs en quête de nouvelles expériences culinaires, conviviales et durables, soucieux de leur impact environnemental, gourmands et désireux de développer un mode de consommation alternatif.

Et la mission de Food Swap’ers dans tout ça ? : Vous proposer une plateforme collaborative en ligne réunissant une communauté de food swappers, afin de réaliser ces trocs, rencontrer de nouvelles personnes et lutter contre le gaspillage alimentaire.

Et concrètement on y gagne quoi ? :

  • Un réseau convivial pour échanger vos plats cuisinés en toute simplicité.
  • Des moments de gourmandise et de partage au quotidien.
  • Des rassemblements locaux pour rencontrer les membres de la communauté.
  • Des conférences, discussions, démo et défis culinaires … autour de ces thèmes, pour le fun !
  • Des partenariats avec des marques miroirs de ces mêmes engagements.
  • Des rencontres avec les producteurs locaux et éco-responsables, partenaires.

Pour toutes questions, n’hésitez pas à nous écrire à foodswaper@gmail.com .

0

je deviens écolo - Béa Johnson

En ce Vendredi, profitons de cette fin de vacances pour les petits chanceux et de l’approche du week-end de Pâques pour faire un peu de lecture ! Lucie de Je deviens écolo nous fait donc découvrir le magazine, We Demain ! Êtes-vous prêt pour un bon moment détente et green culture ? Alors c’est parti 😉

We demain : qu’est ce qu’il y a à l’intérieur de ce magazine ?

Notre chère blogueuse et journaliste nous fait découvrir cette semaine un magazine pas comme les autres… Il s’agit de We Demain, vous connaissez ? Dans ce magazine trimestriel, vous pourrez découvrir plein de choses ! QUe ce soit des reportages sur des initiatives inspirantes en matière d’écologie ou encore des enquêtes de société, « We demain vit avec son temps… Avec quelques coups d’avance » comme nous dit Lucie.

Inventer. Goûter. Ralentir. Découvrir. Partager. We Life. C’est au total six rubriques que vous pourrez découvrir au travers de ses 192 pages. We demain propose aux lecteurs des points de vue qui sortent des médias traditionnels qu’on entend à longueur de journée. C’est une vraie prise de position qu’adopte le magazine et c’est à vous de vous faire votre propre avis suite à votre lecture 😉

Outre de présenter des sujets autour de l’écologie, We demain met en avant les sciences, la technologie, la société, les marques engagées, etc. De nombreuses thématiques qui ont du sens. Pour notre plus grand bonheur, Lucie est partie à la rencontre d’Antoine Lannuzel, rédacteur en chef du magazine qui a pu lui apporter un grand nombre d’informations.

 

 

couv We Demain

We Demain : les origines

Créé en 2012 par François et Dominique Siegel, We Demain doit son origine à la période de crise finanicère où François Siegel a vu changer le monde à une vitesse croissante, notamment du à l’internet mobile. Ce titre We demain, titre marqueur de l’époque où le citoyen reprend ses droits imprègne donc la création du magazine. Mais avant que le premier numéro puisse paraître aux kiosques, l’idée a du germer et les frères Siegel ont souhaité créé bien plus qu’un simple magazine mais un réel média grâce à internet. Ainsi, depuis 2014, We Demain publie quatre numéro par an.

We demain : une belle équipe

Au sein de ce magazine, une rédaction pas comme les autres. Pour faire bénéficier à ses lecteurs de sujets réalisés aux quatre coins de la planète, il fait appel à des journalistes indépendants de différents pays. La rédaction en chef ne compte donc que deux personnes à Issy-Les-Moulineaux.

Cette façon de fonctionner se démarque donc des autres médias mais également les sujets marquants et les thématiques qu’on ne peut lire ailleurs.

Enfin petite nouveauté depuis peu, We Demain a une chronique radio sur France Inter, le dimanche matin !

We Demain, c’est également un magazine sans pub. Ces principaux revenus proviennent de la vente du magazine. Une autre partie provient des partenariats réalisés avec des entreprises qui ont bien entendu les mêmes valeurs.

10094920-1642953610094920-16429527

Alors connaissiez-vous ce magazine ? N’attendez-plus, courrez en kiosque vous achetez le dernier numéro et partagez vos lectures avec la communauté des food swappers.

Tous les articles de Lucie, sur son blog Je Deviens Ecolo par ici

D’autres articles de Je Deviens Ecolo :

 

0

pate - gourmandise sans frontières

Cette semaine, direction l’Aveyron ! On retrouve Nadine du blog Gourmandise sans frontières pour une recette des plus fameuse et succulente : la pompe à l’huile ! Cette spécialité occitane provient de la vallée du Lot, tout près de Figeac.Alors, on fait rouler les « r » et chanter l’accent du sud aveyronnais, la voici la voilà la rrrrrecette de la pompe à l’huile.

Pompe à l’huile : petit récap sur les origines

La pompe à l’huile ? Mais ça me rappelle l’un des desserts tout droit sorti des livres de Marcel Pagnol. Et oui ce met gourmand est originaire de Provence et fait parti des 13 desserts de Noël. Mais attention, petite nuance oblige chez les lotois aveyronnais, la pompe à l’huile du pays n’est pas à base d’huile d’olive, non de non, mais d’huile de tournesol et même, encore plus traditionnel d’huile de noix. Alors, convaincu de la localité de la pompe à l’huile ? En tout cas, nous on l’est 😉

pompe-huile-LOT

© Gourmandise sans Frontières. Tous droits réservés

Bon fini les blablas, on vous donne la recette. Notre cher Nadine, nous a confectionné un pompe à l’huile à sa façon, puisqu’elle y rajoute du beurre pour donner un côté un peu brioché. Aller, on n’attends plus et vous livre sa recette ! 😀

Pompe à l’huile : les ingrédients

Pour une grande plaque à four

La pâte briochée

  • 400 g de farine blanche (T45, T55 ou T65)
  • 1 sachet de levure boulangère
  • 50 g de sucre
  • 1 pincée de sel
  • 130 g de beurre
  • 50 g d’huile
  • 80 g de lait ou eau
  • 6 g d’eau de fleur d’oranger

La garniture

  • 1 œuf battu
  • 4 cuillères à soupe de sucre
  • 2 cuillères à soupe d’huile
  • 2 cuillères à soupe de crème épaisse

Pompe à l’huile : la recette

Tout d’abord, dans un saladier, mélangez la farine, le sucre, le sel et la levure. Coupez le beurre et réservez. Versez l’huile dans votre saladier et de l’eau et ajoutez-y la fleur d’oranger. Puis incorporez le beurre.

Ensuite, il va falloir relever les manches et mélanger ! Formez petit à petit une pâte que vous allez pétrir pour lui donner de l’élasticité. Si vous optez pour le faire à la main, pétrissez au moins 10 à 15 minutes. Laissez ensuite la pâte pousser pendant au moins 2h (elle doublera normalement de volume.

Passons à la garniture !

Préchauffez votre four à 200°. Mélangez tous vos ingrédients pour obtenir une pâte bien homogène et onctueuse.

Recouvrez votre plaque de cuisson avec du papier sulfurisé et étalez votre pâte de pompe à l’huile au rouleau. Il faut que la pâte soit assez fine. Nappez la ensuite avec du mélange à l’oeuf. Enfournez le tout pendant 5 minutes puis baissez à 170° pendant 15 minutes. Faites bien attention, la pompe ne doit pas sécher sur le dessus pour rester bien moelleuse.

 

pompe-huile

© Gourmandise sans Frontières. Tous droits réservés

pompe-huile-Aveyron

© Gourmandise sans Frontières. Tous droits réservés

Et voilà ! Vous voici un expert de la pompe à l’huile. Un délicieux dessert que vous pouvez savourer à plusieurs et partager avec la communauté des food swappers.

Retrouvez tous les articles de Nadine, sur son blog Gourmandise sans Frontières, par ici.

A lire aussi sur notre blog :

 

0

je veux tout gouter

Avant un bon week-end qui s’annonce et pour clôturer cette semaine, on souhaitait vous partager une bonne adresse ! Vous savez les bonnes adresses de Lucie de Je veux tout goûter ? Notre chère blogueuse sait toujours où on peut se régaler 😀 Alors c’est parti, partons à la découverte des Mets d’Olivia 😀 Vous êtes prêt pour le voyage ? Et bien nous sans aucun doutes…

Les mets d’Olivia : la petite histoire

Mais qui est donc cette Olivia ? Et bien il s’agit d’Olivia Garcia, une amoureuse de la cuisine. Après deux ans à Sète où elle avait un restaurant se nommant la Maison, elle décida de s’installer à Toulouse (heureux bonheur pour nous) pour ouvrir son nouveau restaurant ! Olivia réalise une cuisine qui lui ressemble, partage des plats mêlant les produits de la France et du Cap Vert et achète des ingrédients bio qui proviennent pour la plupart du marché et de boutiques de producteurs.

Dans son restaurant, c’est aussi l’occasion de découvrir des vins bios comme des Côtes Catalane aux arômes de fruits rouges. Lucie nous fait donc découvrir cette endroit et nous partage les plats qu’elle a savouré !

Les mets d’Olivia : quels délices !

Lucie se laisse tenter par un velouté épinards panais aux épices colombo et citronelle et poursuit son repas avec une assiette de blanc de poulet bio à la moutarde à l’ancienne et kalé émincé. Hmmmm on s’en lèche les babines n’est-ce pas ?

La feijoda késako ? C’est le plat phare de notre chère Olivia, qui n’a plus de secrets pour elle. Ce « Cassoulet brésilien » qu’elle préparait déjà dans son ancien restaurant Agua Na Boca est une somptueuse recette qui demande un bon temps de préparation. Et oui la qualité, ça se mérite et ça demande de la patience 😉 Le matin elle commence à faire cuire ses haricots pendant deux heures. La viande qui provient du Cochon Régaleur est cuite à part pour pouvoir servir des plats végétariens à la demande. Avec cette feijoda, c’est une parfaite osmose dans les saveurs qui apparaît.

Lucie est une grande gourmande et s’est également laissé tenter par la morue aux pommes de terre trois cuisson. Pour finir, car on ne part pas sans une note sucrée, un coulis de mangue sur du fromage blanc frais, allègera sans nul doute son estomac déjà bien rempli.

Une adresse à n’absolument pas manquer ! Merci encore Lucie 😀

Les Mets d’Olivia
49, rue Pargaminières, Toulouse.
Parking, métro Capitole.

Les mets d'olivia

© Je veux tout goûter. Tous droits réservés.

Les mets d'Olivia

© Je veux tout goûter. Tous droits réservés.

Les Mets d'Olivia

© Je veux tout goûter. Tous droits réservés.

Les mets d'olivia

© Je veux tout goûter. Tous droits réservés.

Les mets d'olivia

© Je veux tout goûter. Tous droits réservés.

Les mets d'Olivia

© Je veux tout goûter. Tous droits réservés.

Les mets d'Olivia

© Je veux tout goûter. Tous droits réservés.

Tous les articles de Lucie, sur son blog Je Veux Tout Goûter : https://www.jeveuxtoutgouter.com

0

Fourchette et spatule

Cette semaine on vous propose une recette simple et originale : des petits flans vegan. Béa de Fourchette et Spatule nous invite à découvrir ce délicieux petit dessert, alors à vos tabliers !

Petits flans vegan : les ingrédients

Pour 8 petits pots (ou plus, ou moins, ça dépend de la taille de vos pots) :

  • 1 litre de lait d’amande (ou noisette, coco/riz…)

  • 150gr de chocolat noir pâtissier 

  • 1 c.à.c. d’agar-agar (pour ceux qui ne regardent pas Top Chef, l’agar agar c’est un gélifiant 😛 ) 

 Dans cette recette il n’y a pas de sucre aux vues de celui déjà contenu dans le chocolat et le lait d’amande mais vous pouvez l’adapter à vos goût et rajouter du sucre si vous le souhaitez 😉

Petits flans vegan : la recette

Alors c’est parti pour la recette ! Vous allez voir à quelle point c’est simple ^^

Tout d’abord, mettez le lait à chauffer avec l’agar-agar et laissez le bouillir environ 2 à 3 minutes. Surveillez bien votre casserole car le lait est capricieux et risque de déborder si vous le quittez des yeux…

Pendant que celui-ci se réchauffe tranquillement au coin du feu, pesez votre chocolat et cassez-le en morceaux. Sortez ensuite le lait du feu et mettez-y vos morceaux de chocolat. Fouettez bien le mélange. Lorsque le chocolat est totalement fondu dans le lait, mettez le tout dans vos petits pots.

Laissez refroidir jusqu’à température ambiante et zou au frigo pour 3 heures.

0

pate - gourmandise sans frontières

Direction l’Aveyron avec Nadine de Gourmandises sans frontières pour découvrir les pascades aveyronnaises. Une recette toute simple pour se faire et faire plaisir 😀

La recette traditionnelle est normalement confectionnée à la poêle mais ici, Nadine nous propose une variante au four qui donnent aux pascades un côté soufflé et croustillant ! Alors à vos fourneaux 😀

Pascades soufflées : les ingrédients

 

Pour 4 personnes (4 pascades moyennes)

  • Des moules individuels (plats à œufs, moules à gâteaux, moules en terre cuite)
  • 3 œufs
  • 80 g de farine
  • 150 ml de lait
  • 1 pincée de bicarbonate
  • ½ cuillère à café de sucre
  • 2 bonnes cuillères à soupe de beurre fondu
  • De l’huile pour les moules

Pascades soufflées : la recette

Tout d’abord, préchauffez votre four à 230°. Huilez vos moules et laissez-les dans le four chaud pendant une dizaine de minutes. Cela permettra que les pascades aient ce côté soufflé.

Ensuite, battez les oeufs et ajoutez-y la farine préalablement tamisée, le bicarbonate, le sucre, le beurre fondu et le lait. Mélangez afin d’obtenir une pâte homogène.

Versez la pâte dans les moules et faites cuire les pascades pendant 15-20 minutes à 200°. Lorsqu’elles sont gonflées et croustillantes sur le dessus, retirez-les du four.

pascades

© Gourmandises sans frontières. Tous droits réservés.

Démoulez ensuite les pascades et garnissez-les comme vous le souhaitez : légumes, brouillade d’œuf, jambon. Autant de possibilités suivant vos goûts ! 😀

Retrouvez toutes les recettes de Nadine sur son blog, Gourmandise sans frontières par ici 

Et n’oubliez pas de partager votre recette et troquer 😉

 

0

je deviens écolo - Béa Johnson

Cette semaine, nous vous invitons à découvrir l’interview de Lauren Singer, une figure dans le monde du zéro déchet ! Lucie de Je Deviens Ecolo, nous dépeint le portrait d’une jeune femme qui a décidé d’adopter un mode de vie durable. Un mode de vie à l’origine du changement de la blogueuse.

Lauren Singer, la conférence

Lauren Singer est New Yorkaise, et on pourrait croire que dans la grande pomme il est difficile d’adopter un mode de vie zéro déchet, et bien non, Lauren raconte toutes ses aventures dans son blog Trash is for Tossers !

On vous laisse en découvrir un peu plus grâce à la conférence TEDX où elle a participé. Bon c’est en anglais, mais petite astuce, vous pouvez rajouter les sous-titres 😉

Lauren Singer, « 5 ans de déchets dans un bocal »

Se questionner sur son impact environnemental et avoir conscience que le monde de consommation capitaliste n’est pas bon pour la planète, voilà les deux problématiques auxquelles Lauren a répondu. Etudiante en environnement, elle fut convaincu par le discours d’un de ses professeurs à l’Université qui disait qu’il était essentiel de « vivre selon ses valeurs ». Avec du recul et surtout de l’observation, elle s’est rendu compte que ce mode de vie du tout jetable n’était pas fait pour elle et que ça ne pouvait plus durer !

Après avoir découvert Béa Johnson, nous vous parlions dans un précédent article, Lauren eu alors un déclic ! C’est là que son changement de vie débuta, mettre tout en oeuvre pour réduire son impact environnemental et adopter une vie zéro déchet. Le résultat ? Et bien, le défi est relevé. Depuis 2012, compost et recyclage sont ses maîtres mots.

Quelques exemples adoptés par Lucie pour consommer zéro déchet ? Faire son dentifrice ou utiliser des brosses à dents en bambou, acheter en vrac, etc.

Lauren Singer vit donc en harmonie avec ses valeurs. Elle possède son entreprise, The Simply Co et commercialise de la lessive vendue en bocaux.

Lauren Singer

© Je deviens Ecolo. Tous droits réservés.

 

Alors convaincu les food swappers ? Est-ce que consommer zéro déchet est votre volonté ? Racontez-nous tout 😀

Retrouvez tous les articles de Lucie sur son blog Je deviens Ecolo, par ici.

0

Nous sommes le 17 Mars et aujourd’hui c’est la Saint-Patrick ! Cette fameuse fête irlandaise qui laisse place à de nombreux rassemblements. Mais que fête t’on le jour de la Saint-Patrick ? Et ce qui nous intéresse surtout à nous, c’est de savoir ce qu’on mange ! Alors pas de paniques, en avant pour un petit voyage en Irlande !

Saint-Patrick : la petite histoire d’abord

Bon, avant de se lancer dans les découvertes culinaires de la Saint-Patrick, commençons d’abord par nous remémorer l’histoire de cette fête. Bon, nous sommes désolé de vous décevoir, mais la Saint Patrick n’est pas du ressort des brasseurs ou des producteurs de trèfles ! Non rien à voir. A vrai dire, cette fête très connue dans le monde provient à l’origine des Etats-Unis !

Oh mais quel scandale !!! On nous a encore menti. Ah ces américains, ils ont inventé le Père-Noël et fallait aussi qu’il s’occupe de ce pauvre Patrick. Bon reprenons notre petite histoire…

Mais qui est donc ce Saint-Patrick ? C’est Maewyn Succat, né dans le alentours de 385 en Ecosse. Considéré comme le fondateur du christianisme irlandais, il est dit qu’il a réussi à chasser tous les serpents d’Irlande (en fait les druides considérés comme des profanateurs par les chrétiens). Il meurt le 17 Mars 461, jour où on célèbre sa fête aujourd’hui partout dans le monde.

Saint-Patrick : une fête des Etats-Unis ?

Outre le fait que la Saint-Patrick est un jour où il est coutume d’aller à la messe en Irlande, la fête populaire n’est pas originaire de ce pays. La première manifestation s’est tenue à Boston en 1737 à vrai dire. Les villes américaines comptaient une forte diaspora irlandaise et c’est ainsi que la journée a commencé a être célébré. C’était la façon pour eux d’honorer leur saint et d’affirmer leur identité. En ce qui concerne l’Irlande, c’et seulement en 1931 que la première parade a eu lieu.

Saint-Patrick

Aujourd’hui elle est fêtée à travers tout le monde mais c’est particulièrement l’Irlande, les Etats-Unis et le Canada qui la célèbre donnant lieu a d’importants rassemblements.

Saint-Patrick : mais qu’est-ce qu’on mange ?

Mais que mange t’on à la Saint-Patrick ? Est-ce qu’il y a des spécialités juste pour ce jour de fête ? On vous en dit plus…

Bon en soit, il n’y a pas un menu spécial Saint-Patrick. C’est en fait à vous de choisir parmi de succulents mets irlandais. On vous donne notre petite liste de plats qu’on apprécie et après c’est à vous de choisir 😉

Saint-Patrick

  • L’Irish Stew : Ce plat est une grande spécialité irlandaise à base de ragoût d’agneau avec des pommes de terre et des carottes.
  • Les Irish Potato Candy : Petite tromperie des irlandais pour ce plat ! Et oui les Irish Potato Candy ne sont pas à base de pommes de terre mais de noix de coco. On vous a bien roulé dans la farine hein ? 😛 Bon attention, les Irish Potato Candy sont roulées dans la cannelle elles ^^
  • Le milkshake spécial Saint-Patrick : bon faut bien un met qu’on puisse faire juste ce jour, donc en avant pour un milkshake vert ! Pas de panique, ce n’est pas de la peinture, simplement une belle mixture à base de menthe et basilic 😉

Alors, convaincu ? Vous allez fêter la Saint-Patrick et essayer de nouveaux plats ? Racontez-nous tout 😀

 

0

Fourchette et spatule

Cette semaine, partons en voyage ! Direction la Corée… Béatrice de Fourchette et Spatule nous fait découvrir le kimchi, un délicieux mets. Mais qu’est ce que ce plat et comment on le cuisine ? On vous raconte tout.

Kimchi : petite intro

Mais qu’est ce que donc que ce plat ? Le kimchi est en fait un mets traditionnel coréen qui se compose de légumes lacto-fermentés (trempés dans de la saumure) et de piments. Donc c’est sucré et ça piquouille, miam 😛

En Europe, on le connait bien avec le chou chinois qui s’appelle alors baechu gimchi ou en corréen 배추김치, hanja : 白菜沈菜. Revenons sur l’origine du mot Kimchi, qui signifiait légume submergé, un aliment de base dans la cuisine coréenne qui accompagné des plats comme le banchan.

Kimchi : les ingrédients

Petit avant propos avant de rentrer dans le vif du sujet, Béa a pu réaliser la recette grâce à l’aide de Chantal du blog « Carnet d’une gourmande chronique« 

Voici donc les ingrédients pour la recette de Kimchi :

Pour plusieurs pots :

  • 1kg de chou chinois 

  • 1 blanc de poireau 

  • Une botte de radis rose

  • 2 gousses d’ail 

  • 1 cuillère à soupe de gingembre râpé 

  • Sauce soja : 10gr

  • Sucre : 10gr

  • Flocons de piment d’Alep « Pil beber » : 10gr

  • 150gr de sel de mer « sans additif »

  • Une grosse bassine 

  • Une paire de gants « facultatif » 

  • Des pots en verre propres et secs 

 A ces ingrédients, vous pouvez rajouter du piment. Au choix : coréen, d’Espelette, d’Alep, etc. A vous de choisir.

 Kimchi : la recette

Et maintenant, c’est parti pour la recette ! La veille, coupez votre chou chinois en morceaux. Rincez bien les carrés obtenus à l’eau froide. On va donc les faire fermenter ! Déposez-les dans une bassine d’eau et rajoutez-y du sel. Laissez-le pendant 10 à 12h.

Récupérez votre chou après ce temps de fermentation et rincez-le bien. Ensuite, lavez vos autres légumes et coupez-les en julienne. Puis rajoutez le chou. Rajoutez-y les autres ingrédients dans l’ordre que vous souhaitez.  Touillez à la main, et rajoutez les épices et la sauce.

Lorsque tout est bien réparti, déposez la préparation dans les bocaux au 3/4. Pressez bien fort pour retirer l’air et faire remonter le jus. Placez un torchon entre vos bocaux et leurs couvercles et laissez fermenter pendant deux jours.

 Après ce délai passé, mettez vos bocaux au réfrigérateur pendant deux semaines. De temps en temps, n’oubliez pas de presser le chou.

Et voilà, une recette assez simple finalement, non ?

Et petite conseil en plus pour manger le Kimchi ! Dégustez-le avec un oeuf ou du riz 😉 

Testez donc la recette et vous nous en direz des nouvelles 😉 N’oubliez pas de la partager avec la communauté.

Tous les articles de Béatrice de Fourchette et Spatule, par ici.

0

 

je deviens écolo - Béa Johnson

En ce beau Vendredi, nous souhaitions revenir sur la rencontre de Lucie de Je deviens écolo avec la Famille Presque Zéro Déchet. Un article court, une belle histoire inspirante et des vidéos à découvrir sur un mode de vie durable. Bonne lecture à tous 😀

La Famille presque Zéro Déchet : rencontre

C’est grâce à un article du Monde que Lucie a connu la famille presque zéro déchet. L’article parlait de leur mode de vie et le journaliste les avait suivit pendant 24h. A la suite de cette lecture enrichissante, Lucie acheta donc leur livre bleu, le guide de base pour devenir un adulte zéro déchet. Un livre existe également pour les enfants, le livre orange.

Pour acheter leurs livres, c’est par ici :

La Famille presque Zéro Déchet : inspiration

Un couple et deux enfants qui vivent une vie normale et zéro déchet, dans les Landes, voici la plus grande inspiration de Lucie. Un vrai exemple pour elle, qui essaie au quotidien, de mettre en pratique leurs conseils.

Le 30 Novembre, à leur venue sur Toulouse à la boutique de vrac Ceci & Cela, Lucie a eu la chance de participer à leur conférence. De cette rencontre, ressortent une série de trois vidéos. Vu que les images valent tous les mots, nous vous proposons de regarder celles-ci. Ce sont des interview que Lucie a fait de Jérémie Pichon.

 

A la question « Faut-il voter en 2017 », Jérémie répond :

Convaincre son entourage de passer au zéro déchet ?

 

Retrouvez tous les articles de Lucie sur son blog Je Deviens écolo, par ici et également sur les réseaux sociaux :

 

0

Dernières actus


We demain

We demain : découverte du magazine par Je deviens écolo

En ce Vendredi, profitons de cette fin de vacances pour les petits chanceux et de l’approche du week-end de Pâques pour faire un peu de lecture ! Lucie de Je deviens écolo nous fait donc découvrir le magazine, We Demain ! Êtes-vous prêt pour un bon moment détente et green…

pompe-huile-LOT

Pompe à l’huile : la recette par Gourmandise sans frontières

Cette semaine, direction l’Aveyron ! On retrouve Nadine du blog Gourmandise sans frontières pour une recette des plus fameuse et succulente : la pompe à l’huile ! Cette spécialité occitane provient de la vallée du Lot, tout près de Figeac.Alors, on fait rouler les « r » et chanter l’accent du sud…

Les mets d'Olivia

Les Mets d’Olivia : une découverte de Je Veux Tout Goûter

Avant un bon week-end qui s’annonce et pour clôturer cette semaine, on souhaitait vous partager une bonne adresse ! Vous savez les bonnes adresses de Lucie de Je veux tout goûter ? Notre chère blogueuse sait toujours où on peut se régaler 😀 Alors c’est parti, partons à la découverte…

Nous contacter

Une question ? N'hésitez pas à nous laisser un petit message !

Application mobile en partenariat avec Make me Droid, le créateur d'applications Android/IOS en ligne.